Alena : Ottawa sous la pression de Washington

Alors que les négociations entre le Canada et les Etats-Unis sont suspendues jusqu’à mercredi, le chef de la Maison-Blanche a prévenu le Congrès américain de ne pas mêler de cette affaire. Il pourrait mettre fin à l’accord de libre-échange nord-américain si les représentants refusaient de ratifier une entente excluant le Canada.

Les autorités fédérales canadiennes ont choisi de ne pas répliquer aux tweets du président Trump. Samedi, ce dernier a répété une fois de plus que le Canada a profité des Etats-Unis pendant plusieurs années : « Il n’y a pas de nécessité politique à garder le Canada au sein du nouvel accord de l’Alena. Si nous n’avons pas un accord juste pour les Etats-Unis après des décennies d’abus, le Canada en sera exclu »

Selon certains observateurs, ces attaques visent à pousser le Canada à faire des concessions, en abandonnant notamment son marché protégé pour plusieurs productions agricoles.

Conscient de l’enjeu des négociations, le Premier ministre Justin Trudeau a passé une partie de la journée pendu au téléphone. Il a notamment consulté les Premiers ministres des provinces, mais aussi et surtout l’ancien Premier ministre canadien Brian Mulroney, qui avait conclu le premier accord d’échange avec les Etats-Unis, ainsi que le principal syndicat des ouvriers de l’automobile.

Ce secteur a fait en effet l’objet de concessions lors de l’entente entre le Mexique et les Etats-Unis. Au Québec, le risque de voir le Canada céder certaines parts du marché agricole pour préserver une entente avec les partenaires américains inquiète.

Le Premier ministre, actuellement en campagne, a d’ailleurs constaté que si les Etats-Unis étaient des alliés du Canada, le président américain, lui, ne l’était pas.

Commentaire

Commentaires

Aucun commentaire posté pour l'instant. Soyez le premier!